Rapports scientifiques

Le syndrome éolien

Après l'installation d'éoliennes à proximité de chez eux, nombre de riverains se plaignent de symptômes tels que nausées, maux de tête, vertiges, insomnies, irritabilité, angoisse, difficultés de concentration, de mémorisation. Ces symptômes forment le "syndrome éolien".

Ces symptômes sont d'autant plus prononcés que les habitations sont proches des éoliennes. Dans le cas du projet de Freistroff, 17 maisons d'Edling et une maison de Freistroff se situent à moins de 1000 m de la zone d'implantation. Quasiment toutes les habitations d'Edling, toutes celles de Petit-Chémery, une partie d'Hobling et une partie de Freistroff sont localisées à moins de 1500 m.

De nombreux scientifiques ont établi le lien entre l'installation des éoliennes et le syndrome éolien, et émettent des hypothèses sur l'origine des symptômes observés. Ces symptômes pourraient être liés à des effets visuels, aux sons audibles ou inaudibles (les infrasons) émis par l'éolienne.

Un effet visuel le jour : l'effet stroboscopique

Il s'agit de la diminution de luminosité lors du passage des pales.

Vidéo dans une habitation de la Drôme voisine d'un parc éolien

 

 

Un effet visuel la nuit : le clignotement

Il s'agit de l'émission d'une lumière rouge.

Vidéo d'un parc éolien de nuit

Les sons audibles, les infrasons et les vibrations

Les éoliennes émettent des sons audibles, d'autant plus forts avec la vitesse de rotation des pales.

Vidéo en Ardèche pour des éoliennes de petite taille (celles de Freistroff seront 3 fois plus grandes)

La rotation des pales entraîne également des vibrations ressenties dans certaines habitations.

Les éoliennes émettent des infrasons, sons de très basse fréquence et inaubibles, mais se propageant loin et à l'origine de vibrations à l'échelle microscopique.

Rapports d'Alain BELIME, expert en prévention des risques

Extrait d'un premier rapport de 2014 :

Etude sur les risques sanitaires générés par les éoliennes

Extrait rapport alain belime 2014

Rapport complet : Alain Belime - Rapport 2014 - Riques sanitairesAlain Belime - Rapport 2014 - Riques sanitaires (2.09 Mo)

Extrait d'un second rapport de 2016 :

Nouvelle étude sur les risques sanitaires générés par les éoliennes

Alain belime 2016

Rapport complet : Alain Belime - Rapport 2016 - Risques sanitairesAlain Belime - Rapport 2016 - Risques sanitaires (1.47 Mo)

Rapport de Nicole Lachat, Docteur en biologie à l'université de Neuchâtel (Suisse)

Extrait de son rapport : Eoliennes et santé humaine (2011)

Extrait rapport 2011 nicole lachatExtrait rapport nicole lachat 2011 2

Marjolaine Villey-Migraine : Docteur en sciences de l'information et communication, spécialiste de l'information scientifique et technique

Extrait de son rapport : Eoliennes, sons et infrasons (2004)

Extrait rapport Marjolaine Villey Migraine 2004

Rapport de l'Académie de Médecine de 2017

Résumé du rapport de 2017

L’extension programmée de la filière éolienne terrestre soulève un nombre croissant de plaintes de la part d’associations de riverains faisant état de troubles fonctionnels réalisant ce qu’il est convenu d’appeler le «syndrome de l’éolienne ». Le but de ce rapport était d’en analyser l’impact sanitaire réel et de proposer des recommandations susceptibles d’en diminuer la portée éventuelle.  

Si l’éolien terrestre ne semble pas induire directement des pathologies organiques, il affecte au travers de ses nuisances sonores et surtout visuelles la qualité de vie d’une partie des riverains et donc leur « état de complet bien-être physique, mental et social » lequel définit aujourd’hui le concept de santé.

Dans le double souci d’améliorer l’acceptation du fait éolien et d’atténuer son retentissement sanitaire, direct ou indirect,  le groupe de travail recommande :

–  de s’assurer que lors de la procédure d’autorisation l’enquête publique soit conduite avec le souci d’informer pleinement les populations riveraines, de faciliter la concertation entre elles et les exploitants, et de faciliter la saisine du préfet par les plaignants, 

– de n’autoriser l’implantation de nouvelles éoliennes que dans des zones ayant fait l’objet d’un consensus de la population concernée quant à leur impact visuel, sachant que l’augmentation de leur taille et leur extension programmée risquent d’altérer durablement le paysage du pays et de susciter de la part de la population riveraine – et générale – opposition et ressentiment avec leurs conséquences psychiques et somatiques,

– de systématiser les contrôles de conformité acoustique dont la périodicité doit être précisée dans tous les arrêtés d’autorisation et non au cas par cas,

– d’encourager les innovations technologiques susceptibles de restreindre et de « brider » en temps réel le bruit émis par les éoliennes et d’en équiper les éoliennes les plus anciennes,

de ramener le seuil de déclenchement des mesures d’émergence à 30 dB A à l’extérieur des habitations et à 25 à l’intérieur, (tout en laissant les éoliennes sous le régime des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement),

– d’entreprendre, comme recommandé dans le précédent rapport, une étude épidémiologique prospective sur les nuisances sanitaires.

Image academie de medecine